Quand le polar fait aussi de la politique